Ils ont essayé de nous enterrer, mais ne savaient pas que nous étions des graines

Crise environnementale, sociale, économique… Ce constat n’est ni nouveau ni révolutionnaire : notre modèle de société, tel qu’il a été construit, n’est pas viable. Les remèdes proposés pour soigner les maux sont parfois pires que le mal, que cela soit une proposition de société techno-marchande positiviste où tout serait laissé aux mains du marché, ou une proposition de société réactionnaire et du repli sur soi.

Nous ne voulons pas de ces mondes-là, dont les perspectives ne sont guère réjouissantes.

Nous pensons que la solution à ce problème doit passer par un changement profond des valeurs animant nos sociétés (la véritable révolution a lieu dans le cœur des gens, en éveillant le désir et l’espoir d’un monde meilleur, et ne consiste en rien à une insurrection) : Face à la compétition, proposons l’entraide (comme le proposait déjà Pierre Kropotkine). Face à la division et au nationalisme, proposons l’unité du genre humain et le cosmopolitisme. Face à la croissance infinie et au culte du progrès, proposons modération, parcimonie et sagesse. Face au positivisme, proposons une harmonie entre nature et société au nom du principe que nous vivons dans le même monde. Face à la globalisation néolibérale, proposons plutôt une intégration mondiale, où nous devons penser global et agir local. Au repli sur de l’entre-soi, nous proposons la construction de communautés ouvertes et inclusives. En somme, à la barbarie, nous proposons l’humanité.

Nous souhaitons, à travers ce média, mais aussi in vivo la mise en débat, la réflexion de qualité et la mise en action, ici et maintenant, d’une alternative crédible et souhaitable. Parce que, comme disait le poète, « l’utopie est la vérité de demain » (Victor Hugo), nous devons dès maintenant poser les bases d’un monde meilleur, tandis que l’ancien monde se décompose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *